Anthologie
Le Premier mai dans l’histoire du mouvement ouvrier


Avril 2019, br.

Le Premier mai est né comme journée de lutte des prolétaires contre les capitalistes. Et ce, avant tout, dans ses origines historiques : le grand affrontement de classe qui se déroula à Chicago en mai 1886, réprimé, dans le paradis démocratique des États-Unis, par la république bourgeoise par excellence. Puis dans son développement, généralisé par la IIe Internationale en 1889 en tant que journée de lutte internationale pour la réduction « par voie légale » du temps de travail.

À travers les décennies et les continents, le Premier mai est devenu une tradition de classe, construite, conquise et imposée par la lutte, au-delà des divisions nationales, ethniques ou religieuses.

Le Premier mai témoigne de ce que la lutte pour l’émancipation de la classe ouvrière n’est pas un problème national, mais un problème social. Partout où le mode de production capitaliste a pénétré, c’est-à-dire aujourd’hui le monde entier, le prolétariat s’est développé et a inévitablement mené sa lutte.

Le Premier mai est devenu une régularité politique de cette lutte internationale. Le livre de parti que nous présentons, enrichi de nouveaux matériaux pour la première édition française, en offre un échantillon toujours actuel.

Le racisme est une vieille idéologie, simple et facile à populariser. Elle est utilisée depuis des siècles pour diviser les exploités. La bourgeoisie en a fait une large expérience, elle sait la présenter en toutes sortes de dosages, réactionnaires et démocratiques. Elle sait l’adapter pour les strates profondes du prolétariat et pour les strates propriétaires des salariés et de la petite bourgeoisie.

Le Premier mai est lui aussi appelé à donner une réponse : la revendication politique, vis-à-vis de l’État, de l’accueil et de l’unité de classe pour tous les prolétaires, sans discrimination de nationalité ou citoyenneté, doit revenir parmi ses mots d’ordre.

Il est crucial que le Premier mai continue de transmettre la pratique internationaliste au sein de la classe et devienne une tradition aussi pour les nouveaux travailleurs immigrés, qui continueront à alimenter les strates profondes du prolétariat métropolitain, mais ce n’est pas suffisant. L’internationalisme militant est le seul antidote pour ne pas finir à la remorque aussi bien des idéologies des populistes nationaux que de celles de l’européisme.

L’enracinement du parti léniniste en Europe est la tâche à l’ordre du jour. Amener et reconstruire l’internationalisme dans le troisième millénaire est la bataille militante des communistes. C’est l’actualité du Premier mai rouge et prolétarien.

ISBN 978-2-490073-07-8

€10.00