Guido La Barbera
Crise de l’ordre et pandémie séculaire

En quel sens peut-on parler de « crise de l’ordre », en tant que crise de l’équilibre mondial entre les puissances et des institutions et alliances qui le représentent ? La question, c’est la Chine. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale impérialiste, il n’y a jamais eu une puissance ascendante unique, ou du moins qui ne soit pas insérée dans le système d’alliances dominant, ayant une force économique comparable à celle de la première puissance, les États-Unis, et voulant accompagner sa montée en puissance par la construction d’une force militaire comparable. […] La crise de l’ordre : la crise de l’équilibre entre les puissances, provoquée par le changement colossal des rapports de force entraîné par l’irruption de la Chine. C’est le début d’une nouvelle saison de l’interventionnisme et du capitalisme d’État, car il faut répondre aux grands groupes chinois en Europe et aux États-Unis, sur le terrain des hautes technologies et de la bataille électrique et numérique. C’est aussi un cycle de réarmement, déclenché par les plans de Pékin pour une force militaire « de classe mondiale » dans les quinze prochaines années et alimenté en conséquence par la réaction des autres puissances. […] Il y a une conclusion à méditer : un fait crucial est que la crise de l’ordre et ses luttes mondiales ébranlent et mobilisent en même temps l’idéologie dominante. Dans les vieilles puissances, le déclin atlantique a montré la « fragilité » de l’idéologie libérale face au défi de l’Asie ; à Pékin, la bataille pour un nouvel ordre dans lequel la Chine serait reconnue se revêt des mythes nationalistes d’un impérialisme montant. De nouveaux venins de la mobilisation impérialiste se répandent, dans un crescendo quotidien, dans les vieilles et nouvelles puissances. Voilà pourquoi nous avons continué à étudier, ces dernières années, le développement et les contradictions de l’impérialisme unitaire. L’irruption de l’Asie est une confirmation scientifique extraordinaire pour la science marxiste, qui part des thèses de Marx et Engels dans le Manifeste du Parti communiste, passe par la stratégie révolutionnaire de Lénine et est restaurée dans les « Thèses de 1957 » d’Arrigo Cervetto. Cependant, cette victoire scientifique serait stérile si elle restait repliée sur elle-même, si elle ne devenait pas une arme pour la défense de classe : ces nouveaux venins de l’idéologie dominante doivent être compris pour être combattus. Chaque crise, chaque guerre, chaque collision sociale est devenue le front d’une bataille internationaliste ; récemment, la lutte contre la pandémie séculaire a révélé des énergies inattendues, disponibles à réfléchir sur les contradictions de classe que le virus a également mises à nu.


Octobre 2021, 828 paginas, cart.
chronologie, bibliographie, profils biographiques, index des noms

ISBN 978-2-490073-38-2

serie : textes

20,00€

Este libro también está disponible en italien